Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Les théoriciens de l’école classique ressemblent à des géomètres euclidiens qui, se trouvant dans un monde non euclidien et constatant qu’en fait les lignes droites qui semblent parallèles se coupent fréquemment, reprocheraient aux lignes leur manque de rectitude, sans remédier autrement aux malencontreuses intersections qui se produisent." J.M. KEYNES, 1936

18 Jan

La manipulation de François

Publié par J.D.

Un nouveau plan pour limiter le chômage, celui de la « dernière chance » en fait. Bon alors ça ne va pas être une grande surprise mais ce plan, il pue, il pue fort, il pue depuis longtemps, et il pue quand on est de gauche. Donc si vous êtes pro Juppé/Sarkozy/Raffarin… Déjà vous n’êtes pas sur le bon blog et ensuite, soyez heureux, Hollande est parmi vous ! Quel ajout formidable à votre famille politique ! Un exquis mélange d’incompétence et d’inculture, qui, combiné à d’autres génies (comme M. Valls ou M. Macron) finira d’achever votre précieuse conquête libérale et réactionnaire.

Non je n’aimais déjà pas beaucoup le pouvoir en place ces 4 dernières années, mais aujourd’hui François a franchi la ligne rouge. Mais si, vous connaissez cette ligne, c’est celle qui fait passer du statut de merveilleux républicain ex-étudiant de l’ENA à celui de magouilleur spécialisé dans la manipulation de son électorat. Mais pourquoi ?

Un plan contre le chômage…

Bon l’une des premières idées est de soutenir l’emploi dans les PME, et pour ça l’Etat va compenser toute les cotisations sociales de l’employés pendant deux ans. Bah oui ça incite les entreprises à embaucher (non pas vraiment ça les incite à licencier tous les deux ans) et puis c’est bénéfique pour les deux parties (bah euh non en fait puisque les cotisations c’est juste un salaire qui ne va pas dans notre poche, mais c’est un salaire indirect…). Allez François, on va dire que t’as le droit de t’amuser avec ça si tu veux, vas-y fais toi plaisir, autre chose ?

Oui, malheureusement, une bonne grosse idée de merde (j’ai essayé de trouver un mot plus joli mais là je n’avais pas le choix). Faciliter la rupture du contrat de travail… Le meilleur moyen de créer de l’emploi ! L’idée est de plafonner les indemnités de licenciement, mais c’est pour faciliter la vie aux merveilleux créateurs de l’emploi français, on voit bien qu’à chaque fois qu’on les aide, les entreprises créent de l’emploi !! Et puis de toute façon comme l’a dit Macron, ’’si vous voulez une première expérience du travail mais que les employeurs ne vous la donnent pas, inventez-la !!’’. J’espère que ça vous met du baume au cœur !

Bon François on s’arrête là peut-être ?? Nan ?...

…Et son petit bonus !!

Dans son infinie grandeur, le Président a choisi de former 500 000 chômeurs de plus cette année. Etonnement je ne suis pas contre, la formation c’est un bon moyen de lutter contre le chômage. On peut dire que ce n’est pas suffisant, qu’il faudrait une formation rémunérée, pour relancer le pouvoir d’achat de ces chômeurs et la croissance… Oui mais restons sur l’idée de départ, pourquoi pas ! C’est une bonne idée de ce plan de lutte contre le chômage.

Mais (oui je suis désolé il y a un mais) est ce que ce plan de formation est fait pour les bonnes raisons ?  Est-ce pour encourager l’emploi ? Ou juste pour faire descendre la courbe ? Je m’explique, transformer 500 000 personnes au chômages en futurs employés en formation, c’est avant tout un moyen de réduire les chiffres. Et comme François avait stipulé qu’il ne se représenterait pas s’il n’avait pas fait baisser le chômage, et bien ça peut aider… Et voilà, le franchissement de la ligne… Je vous avais dit que ça puait.

Une idée qui aurait pu être bien foutue, est en fait inachevée et faites pour manipuler l’électorat, un an avant les présidentielles. Cela en fait surement la pire mesure des trois dans ce plan de chômage. 

 

Commenter cet article

À propos

"Les théoriciens de l’école classique ressemblent à des géomètres euclidiens qui, se trouvant dans un monde non euclidien et constatant qu’en fait les lignes droites qui semblent parallèles se coupent fréquemment, reprocheraient aux lignes leur manque de rectitude, sans remédier autrement aux malencontreuses intersections qui se produisent." J.M. KEYNES, 1936